cheerleader

Où il est prouvé (par A+B) que je suis la Cheerleader de l'Aisne.  Si, si, rien que ça. Bon, je dois admettre  que le costume me va un chouïa moins bien.  Surtout au niveau de la taille.  Mais bon, de toutes façons, on ne peut pas s'habiller comme ça dans l'Aisne, c'est un coup à choper une pneumonie. 


Vous vous souvenez peut-être de la sanglante Affaire de la Mandoline de l'été 2006.  Ben j'ai remis ça. 

Il y a deux mois environ, j'ai voulu ressortir ma Mandoline pour faire de jolis légumes tranchés.  Je dépoussière l'engin, je sors mes légumes, et j'attaque.  Je tranche mes courgettes, mes oignons, et j'attaque les poivrons.  Le chat fait des allers-retours entre mes jambes en hurlant à la mort, il veut ses croquettes MAINTENANT.  Je lui réponds " deux secondes, je finis ça et j'arrive".  Et ben nan. 

Parce qu'en tranchant mes poivrons, j'ai tranché mon doigt.  Premier reflexe : 'rho p*^$*ain, ça faisait longtemps".  Parce que figurez-vous que la Mandoline, ça tranche tellement bien que ça fait même pas mal.  Mais ça tranche rudement bien.  Je ne rentre pas dans les détails parce que je vous ai déjà fichu la gerbe l'autre jour avec mes histoires de plumage de bétain, mais  je peux vous dire que la manucure qu'on m'avait faite la veille était incomplète.  D'un bon demi-centimètre.  Là, je me suis dit qu'il valait mieux mettre un pansement.  Donc je suis allée vers la salle de bains.  En cours de route, je me suis dit que ça saignait un peu trop, j'allais pas pouvoir mettre un pansement.  Retour vers la cuisine.  Faudrait ptet le passer sous l'eau.  Ben oui, avec l'émotion, j'ai confondu avec les brûlures, je sais.  Et je vous confirme, passer un doigt coupé sous l'eau, ça sert à rien.  J'ai décidé d'aller chercher du désinfectant dans la salle de bains.  Ca saigne trop, faut que je trouve un moyen de l'arrêter.  Retour vers la cuisine. J'ai fait des allers-retours comme ça pendant un moment, avant de devoir me rendre à l'évidence.  Ca n'allait pas passer comme ça.  Il fallait notifier le Cher et Tendre, occupé à  brûler des feuilles au fond du jardin.  "Lapin? Tu peux venir?".  "Quoi?".  "Tu peux venir, S'IL TE PLAÎT?".  Paraît-il qu'il s'est dit '"pourquoi elle me dit pas ce qu'elle veut?  Qu'est-ce qu'elle fait?  Elle est en train de cuisiner.  Rhoo merde elle s'est encore coupée". Il me connaît trop bien, c't'homme-là. 

Il accourt donc, je suis en train de repeindre la cuisine en rouge.  Et il se tire direct.  Je me suis dit alors que ça manquait un peu de compassion, mais tant pis.  En fait, il était parti chez les voisins, ils sont infirmiers.  Sauf qu'ils étaient partis en vacances.  C'est bien ma chance.  Le Cher et Tendre revient, je commence à avoir un peu la tête qui tourne à force de me vider de mon sang, mais je veux pas aller aux urgences.  Je m'allonge sur le carrelage (voui, comme la dernière fois) pendant qu'il appelle sa tante (infirmière aussi) pour savoir s'il doit me traîner de force aux urgences.  Le chat se précipite sur moi (ben oui, j'avais dit que je lui donnait à manger dans deux minutes, les deux minutes sont LARGEMENT écoulées), et me renifle, pour voir.  Il s'assoit à côté, dépité, y'a rien à manger.  Pendant que le Cher et Tendre explique à sa tante que j'ai encore frappé, je lui dit "demande-lui si ça repousse".  A peu près 6 fois.  Il a pas l'air de trouver ma question vitale, alors que pour moi, elle l'est.  Je veux bien être brave et tout, mais je veux être sûre que je ne serai pas éternellement défigurée du doigt, hein.  Il finit pas poser la question, et elle répond oui.  Et qu'il faut que j'aille aux urgences.  Je proteste encore un peu, mais me laisse convaincre.

Arrivée aux urgences, il y a du monde, des enfants, un mec entouré de 6 flics, je me dis qu'on en a pour un moment.  Mais non.  On me fait passer avant tout le monde.  Je commence à me sentir assez mal.  Pas à cause de la douleur, mais plutôt parce que je suis une andouille avec deux mains gauches, et que je fais rien que des couneries, et tout ça c'est ma faute, et je fais perdre leur temps aux honnêtes gens qui ont des fractures ouvertes et des traumatismes crâniens à gérer, et si ça se trouve, ta tante elle a dit que ça repoussait juste pour que je me calme?  Nan, parce qu'on m'a déjà fait le plan, hein, mon père m'avait dit quand j'étais petite que les renards se rongeaient la patte pour se libérer quand ils étaient pris dans des pièges, mais devant mon air horrifié, s'était empressé d'ajouter que c'était pas grave "parce que ça repousse.  Comme les queues des lézards".  Jamais il ne m'était venu à l'idée de remettre en question la parole de mon Père.  Jusqu'en Seconde, où j'ai fait cette déclaration fracassante devant ma classe.  Avant même que tout le monde ne hurle de rire, je me suis rendu compte que peut-être les os et les tissus nerveux ne repoussaient pas aussi bien que les queues de lézards.  Trop tard.  Je suis déormais fichée dans ma famille (mon père avait carrément oublié cette histoire, et pleure de rire à chaque fois qu'il y repense, maintenant), mes amis, TOUT LE MONDE.  Alors maintenant, je me méfie.  On me la fait plus.  Mais revenons à mes aventures. 

Les gentils infirmiers et le gentil médecin me confirment, il FAUT aller aux urgences quand on se mutile à coups de Mandoline.  Et ça va repousser, mais ça sera très long et douloureux.  Et avec un arrêt de 3 semaines.  Alors j'ai dit non, merci bien mon bon monsieur-docteur, mais je suis à mon compte, alors les arrêts maladie, c'est pas la peine.  Et je suis dans un bureau, pas en train de charger des palettes, je devrais m'en sortir, même avec un doigt en moins."   

Du coup, en conclusion, j'ai eu des infirmières qui venaient me chager le pansement tous les deux jours pendant quinze jours (et c'est LA que ça fait mal, le changement de pansement tue.  J'ai failli tomber dans les pommes la première fois, et j'en ai une la migraine tout le reste de la journée).  J'ai pu retirer le ravissant vernis Rouge Noir sur les autres doigts, mais les infirmières m'ont déconseillé de mettre du dissolvant sur ce qui restait de mon doigt.  Donc heureusement qu'il y avait un pansement dessus, ça faisait négligé.  Remarquez, le pansement, c'est pas ultra glam' non plus, surtout quand il est énorme.  Mais au bout de la première semaine, les infirmières ont halluciné.  Mon doigt avait déjà grave repoussé.  Que même elles avaient jamais vu quelqu'un cicatriser comme ça.  Du coup, mon mois de pansements s'est transformé en  2 semaines seulement, et un mois et demi après, je peux vous dire officiellement qu'on ne voit plus rien.  Du tout.  Moi je sens que c'est TRES sensible, mais personne ne peut voir quoi que ce soit.  Depuis deux semaines environ, déjà. 

Ma théorie sur le sujet, c'est qu'à force de me mutiler en permanence, mon corps a développé une faculté de régénération supérieure à la normale.  Je vois que ça, franchement.  J'étais censée avoir le bout du doigt un peu déformé, irrégulier, ben que dalle.  Il est parfait. 


J'en conclus donc deux choses :

1. Je suis la Cheerleader. 

2. Je vous avais bien dit que les pattes de renard, ça repousse.  La preuve!

Sinon, taper avec 9 doigts, c'est dur.  Et encore sinon, quelqu'un veut une Mandoline?  Nan, parce que je m'en suis servi 3 fois, donc deux sur des parties de moi-même, donc je suis obligée d'admettre officiellement que la Mandoline et moi ne sommes pas compatibles.  Cela nécessite au moins une main droite.  Y'a des gens avec des mains droites, ici?


Info inutile du jour :  Boire 3 tasses de café par jour (ou 6 tasses de thé) aurait des effets positifs sur la mémoire.  Ca doit être pour ça que je n'oublie jamais un anniversaire.  Et aussi pour ça que j'urine autant qu'une cheval de course. 

Musique en cours : 
Zazie- Des rails